train de vie

Je suis mort parce que je n’ai pas le désir ;

Je n’ai pas le désir parce que je crois posséder ;

Je crois posséder parce que je n’essaie pas de donner ;

Essayant de donner, je vois que je n’ai rien ;

Voyant que je n’ai rien, j’essaie de me donner ;

Essayant de me donner, je vois que je ne suis rien ;

Voyant que je ne suis rien, j’essaie de devenir ;

Essayant de devenir, je vis.

René Daumal

Shinjimmei

Qu’on ne demeure pas dans les vues duelles

Et qu’on veille à ne pas les suivre.

Dès qu’il y a affirmation ou négation,

L’esprit se perd dans la confusion.

La dualité existe en raison de l’unité,

Mais qu’on ne s’attache même pas à l’Un.

Kanshi Sôsan / Shinjimmei

le monde à l’envers

La véritable connaissance, c’est de savoir chaque jour que l’on n’apprendra, en fin de compte, rien ; car le rien est aussi connaissance étant l’envers du tout, comme l’air est l’envers de l’aile.

Edmond Jabès / Le livre de l’absent

Shinki no Hataraki *

“ Toute la jounée, gardez la tête froide, écarquillez les yeux et ne mêlez pas du tout la passion humaine.“

Shôju / un des Maîtres de Hakuin

Comme cette parole est vénérable ! Il existe aussi un stratagème : “ On combat et, en même temps, on cultive la terre — c’est là la meilleure façon.“ Il en va de même pour la recherche du Zen. Le maintien de la conscience authentique est de l’exercice véritable, c’est-à-dire le combat. La contemplation intérieure est essentielle, c’est-à-dire la culture. Ces deux sont comme les ailes d’un oiseau et comme les roues d’un chariot.

Hakuin / Orategama, tome 1

_texte tiré de “Moi, bouilloire à portée de main » de Hakuin / traduction Maryse et Masumi Shibata / éd. l’originel_

* Shinki no Hataraki ( jap. le travail de l’esprit “kokoro“et l’énergie spirituelle “Ki“ ) terme de Kyudo ( tir à l’arc ), discipline où un strict contrôle de soi et une stabilité des émotions sont exigées.

Teishô *

Mes chers disciples bien aimés, mourez tant que vous êtes encore en vie

Alors vous pourrez vivre vraiment et vous ne mourrez plus jamais.

Maître Hakuin  ( Hakuin Ekaku 1686-1769 )

_ mourir dans ce sens, ne signifie rien d’autre que de devenir idiot. Etre idiot signifie pratiquer Mu ( rien, néant ), juste Mu après Mu, sans émettre de doutes. C’est ce que Hakuin appelle “mourir“.

*Teishô : le mot est dérivé de tei,“ porter, offrir, apporter, exposer, proclamer“. Devant les méditants assemblés, le Rôshi fait au Bouddha l’offrande d’un Teishô ayant  en général pour sujet un Kôan ou un autre texte important de la littérature zen.