deux fois rien

“J’ai connu exactement ce qui vit.
Que ce soit pleurant, que ce soit riant.
C’est tout simplement rien du tout.

J’ai compris exactement ce qu’il y a après la mort.
C’est tout simplement rien du tout.
Même rien n’est rien ! “

Bunan

porte-fenêtre

Un vieux moine avait tracé l’idéogramme “ esprit “ sur la porte, la fenêtre et le mur de sa petite maison. Fa-yen, pensant qu’il s’agissait d’une erreur, la corrigea en disant : — L’idéogramme “ porte “ doit être tracé sur la porte, et la fenêtre et le mur doivent avoir chacun leur idéogramme.  Mais Siuan-kiue déclara : — La porte se montre sans idéogramme, aussi la fenêtre comme le mur n’ont-ils besoin d’aucun signe.

_commentaire de Genrô : J’écrirai “ fenêtre “ sur la porte, “ mur “ sur la fenêtre et “ porte “ sur le mur.

Texte tiré de “ La flûte de fer “ 100 kôans zen commentés par Nyogen Senzaki