Les Feux de l’amour

Celui qui aime s’épuise dans son amour.

Le chant est cette brûlure, l’amour est cette fatigue.

Je ne vous vois ni brûlés ni épuisés.

Vous attendez de l’amour qu’il vous comble.

Mais l’amour ne comble rien — ni le trou que vous avez dans la tête,

ni cet abîme que vous avez au cœur.

L’amour est manque bien plus que plénitude.

L’amour est plénitude du manque.

C’est, je vous l’accorde, une chose incompréhensible.

Mais ce qui est impossible à comprendre est tellement simple à vivre.

 

Christian Bobin / Le très-bas

JOLI CŒUR

 


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s