_ sous nos pieds

Depuis ma naissance,

Je suis un être vivant dans un domaine égaré.

Sottises et égarements sont profonds en moi,

Je ne comprends donc pas que je suis égaré.

Même si je ne parviens pas à l’Éveil,

Si la Voie existait,

Le fruit du bouddhisme serait réalisé

Tout naturellement et sur place.

 

Ikkyû

_ici

 

le champ des contraires

 

“ C’est une croyance générale de penser

que la naissance et la mort alternent,

que l’hiver et l’été se succèdent perpétuellement,

et que toutes les choses s’écoulent comme un courant.

Mais à mon avis, tel n’est point le cas…

La tempête qui fait rage et déracine les montagnes

est toujours en repos,

les rivières qui se précipitent vers la mer

ne s’écoulent pas,

les forces qui circulent dans toutes les directions

sont immobiles,

le soleil et la lune, décrivant leur orbite ne tournent pas“,

 

Sengzhao ( 384-414 )

_le champ

 

 

 

 

à première vue

Si on a des lunettes colorées,

lunettes de moine,

lunettes de philosophe,

d’homme, de femme,

lunettes politiques,

de communiste, de capitaliste,

si on cherche une vérité fixe,

on échoue tout le temps.

 

Etienne Zeisler

TCHIN-TCHIN