qui suis-je ? où vais-je ? dans quel état j’erre ?

Un démon arriva avec un cadavre sur l’épaule et le laissa choir devant un moine.

À ce moment survint un autre démon :

_ Donne-moi ce cadavre !

_ Non, il est à moi. C’est moi qui l’ai apporté !

Il s’ensuivit une querelle et comme ils n’arrivaient pas à régler le litige,

ils décidèrent d’en référer au moine :

_ Maître, c’est moi qui ai apporté ce cadavre !

_ Oui, en effet, c’est bien toi.

L’autre riposta sur-le-champ : il arracha un bras du moine et le dévora.

Comme le premier démon éprouvait de la sympathie pour le malheureux moine,

il enleva au cadavre un bras et l’accrocha à la place du bras manquant.

Le deuxième démon s’empara de l’autre bras, puis d’une jambe et

de l’autre, de la tête, du tronc et pour finir, tout le corps fut englouti.

Quant au démon compatissant, il s’affairait à remplacer les pièces au fur et à mesure.

C’est ainsi que de transformation en transformation,

il ne resta plus rien au moine de sa personne d’origine :

« Au fond, qui suis-je ? », se demanda-t-il.

Les champignons du père vont à la rencontre du champignon de la mère — et puis bang !

une cellule unique est créée.

Elle fait un séjour dans l’utérus avant de naître et de téter le sein de sa mère.

En grandissant, elle avale toutes sortes de nourritures

dont elle laisse choir le résidu aux toilettes où un démon s’en empare.

Ensuite, elle va au restaurant où un autre démon la répare.

Au bain, la sueur coule, chez le coiffeur, les cheveux tombent

et c’est ainsi que les champignons que nous sommes,

de transformation en transformation, de métamorphose en métamorphose,

arrivent au jour d’aujourd’hui : « Au fond, qui suis-je ? »

 

Kôdô Sâwâki

Publicités

vagabond

pour mendier ma nourriture je me rends en ville

en chemin je rencontre un vieillard, une vieille connaissance

il me demande « maître, que faites-vous donc,

à demeurer là-bas sur le pic dans les nuages blancs ? »

je lui demande « que faites-vous donc,

à vieillir dans ce monde de poussière rouge ? »

nous sommes pour répondre mais restons tous deux muets

la cloche de la cinquième veille brise mon rêve

Ryokan

_vagabond