A propos

Le roi Pasenadi de Kosala, protectecteur des premiers bouddhistes, demanda au Bouddha Shakyamuni de trouver un vêtement particulier afin de reconnaître plus facilement ses disciples.

Le Bouddha demanda alors à son disciple Ananda de s’inspirer des rizières pour confectionner le kesa.

Fait de minuscules points cousus à la main ce vêtement représente d’une part, les points des rizières, mais aussi et surtout la vision bouddhique de l’univers. Bien que le kesa ait une forme, la personne qui le revêt le considère comme sans forme.

Coudre point par point, des mots et des images, afin de dessiner une ligne qui se dirige vers un Tout au-delà des formes, c’est là, le simple vœu de ce blog, en espérant que ce kesa virtuel soit également vertueux.

Ouvert à toutes les propositions, j’aurai plaisir à coudre également vos idées de petits points.

SHU_DO

_plumes de nymphéa

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s